octobre 5, 2022

Récépissé No 0054/HAAC/07-2022/pl/P

Togo/Gouvernance-Terrorisme : Les FDR indiquent au gouvernement la voie de la cohésion sociale

2 min read


Le parti FDR condamne les attaques terroristes qui se déroulent ces derniers temps au nord du pays. En conférence de presse ce mercredi 10 Août 2022 à son siège à Lomé, le parti de Me. Paul Dodji Apévon a exprimé sa position sur les actes de l’extrémisme violent et du terrorisme qui se débouchent sur des morts et des blessés au Togo. Le parti FDR dit soutenir avec force la mobilisation de tous les togolais contre ce phénomène mais il estime que la cohésion nationale prônée par le gouvernement ne se décrète pas. Au rang des propositions du parti, on note entre autres la décrispation du climat politique, la révision profonde du cadre électoral, le respect des libertés fondamentales, la lutte contre la pauvreté, trouver des solutions urgentes à la vie chère. Pour la question de l’extrémisme violent et du terrorisme, le parti FDR dit ne pas comprendre pourquoi le chef de l’Etat ne se prononce pas ni ne rencontre pas les forces vives de la nation pour en trouver une solution.
« En réalité par rapport aux problèmes d’une certaine envergure, il faut au moins une fois que le chef de l’Etat se décide de rencontrer les gens pour discuter de manière séreuse. Le problème du terrorisme chez nous avec l’émoi que cela a suscité, nécessitait que le chef de l’Etat monte au créneau pour s’exprimer, cela se passe dans d’autres pays, pourquoi pas chez nous, pourquoi il n’invite pas lui-même la classe politique » a martelé Me. Paul Dodji APEVON.
Selon le parti FDR, la cohésion sociale doit être de mise cependant ce serait un travail de toutes les forces vives de la nation et non «une question de slogan » ou par « une incantation » indique le parti. Il faut donc l’adhésion des gouvernés pour promouvoir un réel vivre ensemble, facteur de progrès et de vrai développement.
« Pour recréer la confiance dans notre pays, le point de départ, c’est faire en sorte que les gens qui croupissent en prison, soient libérés, ceux qui sont partis en exil, reviennent, il faut qu’une loi d’Amnesty soit votée pour la liberté total de ces personnes détenues ou en exil » a déclaré Me APEVON.
Enfin, le parti FDR invite le gouvernement à mettre en application toutes les observations et propositions émises pour un climat de confiance, de réconciliation et d’une véritable cohésion sociale.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.